Le pape Benoît XVI et le prophète Mahomet
par le Père Samuel

www.pn-vigilance.fr
Avec l’autorisation de l’auteur

lundi 19 octobre 2009, par Canal ER

Le 12 septembre dernier, lors de son voyage en Allemagne, le pape Benoît XVI a prononcé, à l’université de Ratisbonne, un discours dans lequel il a cité la parole d’un des derniers empereurs byzantins, Manuel II Paléologue (1391-1425), qui, lors d’un débat, déclarait à des juristes musulmans :
« Montrez-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l’épée la foi qu’il prêchait [c’est-à-dire l’islam]. »

La simple citation de cette phrase par Benoît XVI a suscité, à travers le monde, des manifestations de haine et de violence de la part des musulmans qui ont même, dans certains pays, brûlé l’effigie du pape et saccagé des églises. Pourtant, cette parole citée par Benoît XVI reflète la personnalité du prophète Mahomet, telle qu’elle est décrite dans les textes fondateurs de l’islam à savoir :

• Le Coran, livre sacré des musulmans. • Les hadiths (paroles) de Mahomet dont la compilation la plus incontestée est celle du savant musulman EL-BOKHARI (810-870) : Les Traditions islamiques, traduction de O. Houdas et W. Marçais (4 vol.), Paris, Maisonneuve, 1984. • La vie du prophète Mahomet, dont la version la plus ancienne et la plus incontestée est celle de l’écrivain musulman IBN HICHAM (mort en 834) : La biographie du prophète Mahomet, traduction française par Wahib Atallah (auteur musulman), Paris, Fayard, 2004.

Mahomet n’était pas un homme de paix Mahomet, né à La Mecque en 570 et mort à Médine en 632, n’était certainement pas un homme pacifique puisqu’il déclarait :

« J’ai reçu l’ordre de combattre les gens tant qu’ils ne diraient pas : il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah. » EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 96, chap.28, t.4, p.577.

En outre, le même prophète Mahomet a donné à ses compagnons, les premiers musulmans, l’enseignement suivant :

« Sachez que le paradis est à l’ombre des sabres. » EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 56, chap.22, t.2, p.292.

La haine qui anime de plus en plus de musulmans contre les récentes déclarations du pape, trouve son origine dans le Coran, livre sacré des musulmans, qui condamne à mort tous ceux qui osent s’opposer à Allah et à Mahomet :
« Voici quelle sera la récompense de ceux qui font la guerre à Dieu [Allah] et à son prophète [Mahomet] et qui emploient toutes leurs forces à commettre des désordres sur la terre : vous les mettrez à mort, ou vous leur ferez subir le supplice de la croix ; vous leur couperez les mains et les pieds alternés. » Le Coran, sourate 5, v. 37/33 (trad. KASIMIRSKI).

S’ils en avaient les moyens, les musulmans tueraient le pape et attaqueraient le Vatican, comme cela s’est déjà produit dans le passé. En effet, en 846 (soit 250 ans avant la première croisade), les musulmans qui envahissaient l’Europe ont assiégé Rome et détruit la basilique Saint-Pierre du Vatican. Et en 1981, toujours au Vatican, le Turc musulman Ali Agça a tenté d’assassiner le pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre de Rome.

Mahomet chef de guerre et guerrier lui-même Conformément aux versets du Coran (8, 65 ; 9, 73 ; 66, 9) qui ordonnent à Mahomet de combattre les non-musulmans, Mahomet ne s’est pas gêné pour prendre les armes et montrer l’exemple en menant plusieurs batailles contre tous ceux qui ne voulaient pas se soumettre à lui.

La tradition authentique du prophète Mahomet, rédigée par le savant musulman El-Bokhari, rapporte que Mahomet a mené contre ses opposants 19 guerres (EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 64, chap.89, t.3, p.248).

La première des batailles de la carrière de Mahomet s’est déroulée en 624, près de la petite ville de Badr, en Arabie :

« Le jour de Badr, le Prophète [Mahomet] et ses Compagnons firent sur les infidèles 174 prisonniers et leur tuèrent 70 personnes. » EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 64, chap.10, t.3, p.79.

« Le jour de Badr, le Prophète [Mahomet] ordonna de jeter dans un puits mauvais et peu fréquenté de Badr 24 cadavres des infidèles de Qoraïch. » EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 64, chap.8, t.3, p.75.

Ces infidèles de Qoraïch, tribu arabe à laquelle appartenait Mahomet, étaient des polythéistes (adorateurs de plusieurs dieux) que Mahomet a maudits et tués parce qu’ils s’étaient moqués de lui (EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 56, chap.98, t.2, p.324-325).

Le prophète Mahomet ordonne le massacre de ses opposants Mahomet en personne a ordonné, sans aucune forme de procès, le massacre de nombreux opposants dont plusieurs poètes qui, pour avoir osé le critiquer lui et l’islam, ont été tués impitoyablement par des tueurs à gage envoyés par Mahomet lui-même. Parmi ces poètes lâchement assassinés, citons :
Kaab Ibn al-Ashrâf, poète médinois d’origine juive qui s’était moqué de Mahomet, a été tué par ruse. Pour avoir la confiance du poète et le tuer ainsi plus facilement, les tueurs à gage avaient reçu de Mahomet la permission de le critiquer (voir EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 64, chap.15, t.3, p.96-97). Ibn Khatal, qui avait composé des textes satiriques sur le prophète Mahomet, et qui tentait de se protéger en s’accrochant au voile de la Kaaba, a été tué sur ordre de Mahomet qui venait d’entrer victorieux à La Mecque, en l’année 630 (voir EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 28, chap.18, t.1, p.593).

Mahomet massacre les juifs de ses propres mains Mahomet ne s’est pas contenté d’envoyer des tueurs à gage. Il a lui même tué de ses propres mains. Ibn Hichâm, le biographe du prophète de l’islam, nous relate la manière dont, en 627, Mahomet a exécuté, sur la place de la ville de Médine, tous les hommes (entre 600 et 900) de la tribu juive des Banû Quraydha, qui avaient osé s’opposer à ses plans de conquête guerrière de l’Arabie.

C’est ainsi que se produisit (treize siècles avant Hitler) le premier génocide juif de l’Histoire : « Le prophète [Mahomet] ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. » (IBN HICHAM, La biographie du prophète Mahomet, p.277).

Au sujet des juifs, Mahomet a donné deux ordres terribles aux musulmans :

« Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le. » Cité par IBN HICHAM, La biographie du prophète Mahomet, p.232-233.

« Vous combattrez les Juifs au point que si l’un d’eux se cache derrière une pierre, la pierre dira : Musulman ! voilà un Juif derrière moi, tue-le. » EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 56, chap.94, t.2, p.322.

Ce hadith explique à lui seul la haine éternelle des musulmans contre les juifs. En effet, c’est le prophète Mahomet, modèle excellent des musulmans, qui commande le massacre de tous les juifs. Et selon Mahomet, l’heure du jugement, c’est-à-dire la fin du monde et le triomphe de l’Islam, n’arrivera pas tant que les juifs du monde entier n’auront pas été massacrés !

Mahomet, prophète du carnage et modèle des musulmans La personnalité du prophète Mahomet est très bien résumée par la définition que Mahomet en personne donnait de lui-même :
« Je suis le prophète du carnage. Je suis un rieur sanglant. » Cité par IBN TAYMIYA, célèbre juriste et théologien musulman (1263-1328), cité par J.-P. CHARNAY, Principes de stratégie arabe, Paris, L’Herne, 1984, p.510.

Attention ! Toutes ces paroles et actions criminelles ne sont pas celles d’un président, d’un roi, d’un empereur, ni même d’un pape, mais bien celles du fondateur de l’islam, le prophète Mahomet, considéré comme le modèle excellent que doivent suivre les musulmans, comme on peut le lire à plusieurs reprises dans le Coran, livre sacré des musulmans :
« Vous avez, dans l’Envoyé de Dieu [Mahomet], un beau modèle pour vous [musulmans]. » Le Coran, sourate 33, v.21 (trad. de S.H. BOUBAKEUR).

« Ceux qui obéissent au Prophète [Mahomet], obéissent à Dieu [Allah]. » Le Coran, sourate 4, v.80 (trad. de D. MASSON).

« Ce que Mahomet vous a donné, prenez-le et ce qu’il vous a interdit, interdisez-le. » Le Coran, sourate 59, v.5 (trad. de R. BLACHERE).

Puisque Mahomet est un modèle excellent pour tous les musulmans, il ne faut pas s’étonner de voir que des musulmans se rebellent parfois très violemment contre ceux qui osent critiquer ou se moquer de leur modèle.
Que les musulmans arrêtent donc de nous tromper
avec leur double langage et qu’ils cessent de nous parler de tolérance :
en cette matière, ils n’ont de leçon à donner à personne, y compris au pape Benoît XVI.


Père Samuel Prêtre catholique
Repris du site euro-reconquista