<

 

En 1962, La France aussi
est devenue indépendante



www.pn-vigilance.fr
On lit dans la presse, dans les romans, que les peuples oublient vite les guerres qui les ont séparés. Quarante ans après, avec l'Algérie, je fais le bilan, et j'ai l'impression que ça s'est aggravé...

Et je crois que ça ne va pas s'arranger, au contraire, puisque les Algériens trouvent payant de gratter la plaie, de l'envenimer, chaque fois qu'elle fait mine de se cicatriser, quand ils n'inventent pas, dans nos villes, faubourgs et banlieues, le «djihad de proximité»...

D'abord lâcher ce truc que j'ai sur l'estomac, que nombre de Français ont aussi mais n'osent pas exprimer, sur cette terre de soi-disant liberté totale d'expression, de peur qu'on les taxe aussitôt de colonialisme, d'impérialisme, d'arabophobie, de racisme, voire de nazisme mais pourquoi donc les Algériens, qui répètent à l'envi avoir conservé un si mauvais souvenir des 132 ans de colonisation française, qui ne cessent à tout bout de champ de convoquer les morts, les martyrs, la mémoire, le devoir de mémoire et autres concepts en vogue, pour accabler les Français d'hier, d'aujourd'hui et sans doute bientôt de demain, mais pourquoi donc donnent-ils l'impression en même temps, tous ces Algériens, ou peu s'en faut, qu'ils veulent s'installer en France ?
Pourquoi, dès l'indépendance obtenue, en 1962, au lieu de rester chez eux, de s'y retrousser les manches et de travailler à construire à leur guise leur pays enfin délivré des horreurs du colonialisme, les Algériens ont-ils commencé à émigrer chez nous, et ça n'a jamais cessé, quitte à nous traiter de tous les noms quand on les interroge sur cet engouement, complètement illogique aux yeux de cette ancienne métropole d'où vinrent, paraît-il, tant de maux ?

Le plus grand éclat de rire de la muse Clio, au XXe siècle, ça a dû être quand elle comprit que ces millions d'Algériens qui avaient tant nui aux pauvres harkis, restés fidèles à la France, se mettaient tous ou quasi, les uns après les autres, en quête de leur citoyenneté française, rejetée hier comme la tunique de Nessus, et devenue soudain le suprême bien... Les harkis n'avaient fait qu'être prémonitoires, en somme... Quand j'étais correspondant du Monde en Alger, aux pires moments de la crise pétrolière Franco-algérienne, vers 1970, lorsque le colonel Boumediene avait du jour au lendemain nationalisé sans crier gare les intérêts français dans les hydrocarbures sahariens, l'ambassadeur de France en Algérie, l'austère et temporisateur Basdevant, m'avait confié un jour, à la sortie d'une rude manche de négociations avec des ministres algériens ; « Si vous saviez, ils nous lancent de ces propos sur la France... il y aurait de quoi leur déclarer la guerre... Et en même temps ils exigent de nous des choses, comme s'ils étaient toujours français, la libre circulation complète, le droit à la Sécurité sociale pour les Algériens vivant dans leur pays mais allant se faire soigner en France...
J'ai fini par leur rappeler qu'en 1962, la France aussi était devenue indépendante de l'Algérie... Ça a paru un moment les interloquer.

Eh bien ! Trente ans après ces propos, on en est encore au même point : les Algériens veulent tous les droits des Français, mais sans aucun devoir, sauf bien entendu celui de nous jeter à la figure chaque matin le passé colonial, sans jamais accepter la plus légère critique de notre part, ne serait-ce que sur la façon économique aberrante avec laquelle l'Algérie indépendante a été menée à la Faillite.
J'en ai vu défiler, à Paris, dans mon bureau du Monde, ces deux dernières décennies, des cadres algériens, fonctionnaires, médecins, juristes, cinéastes, romanciers, et jusqu'à un riche chevillard, etc. Ou bien leurs enfants, issus des gens rencontrés lorsque j'étais en Algérie, tous ces Algériens ayant été accueillis avec moult égards et maintes aides par l'administration française, souvent avec des lettres de recommandation de moi-même ou d'autres Français, et tous jamais contents, ces Algériens, malgré les cartes de séjour longue durée, les visas obtenus pour faire venir leurs vieux parents, les postes universitaires donnés en priorité alors que des franchouillards y avaient droit avant eux, les appartements de la ville de Paris octroyés en quelques semaines (alors que pour ma part, j'en ai attendu un en vain pendant dix ans, avant de renoncer...), et par-dessus le marché se plaignant de la « mauvaise volonté des bureaux parisiens », voire de notre » racisme » (rengaine).

Je suis comme Jeanne d'Arc à l'égard des Anglais, si je peux oser cette comparaison; Jeanne d'Arc qui aimait les Anglais mais chez eux. Eh bien ! moi c'est pareil avec les Algériens. On n'a pas voulu maintenir l'Algérie française, paraît-il même que c'était un enfer, alors je ne vois pas pourquoi on ferait maintenant la France algérienne, même si mon confrère Slimane Zeghidour m'assure que cette « Algérie de Tamanrasset à Dunkerque » a été prédite par je ne sais plus quelle figure du nationalisme algérien, Larbi Ben M'Hidi, je crois, liquidé par l'armée française après avoir lancé cette prophétie...

Non seulement j'aime les Algériens chez eux mais j'aime en eux, si on me permet ici cette petite parenthèse personnelle, certaines vertus devenues rares de nos jours en France, telles que la foi en Dieu, le patriotisme, la fierté nationale, l'esprit et le goût de la famille, la fraternité confessionnelle, la solidarité ethnique, le carpe diem enfin, c'est-à-dire l'art de saisir au vol la bonne minute qui passe et de s'en régaler jusqu'à la moelle...
J'envie même parfois les Algériens et autres Arabes ou Arabo-Berbères, musulmans bien sûr, d'avoir su préserver ces qualités et d'oser les cultiver sur une planète de plus en plus mécanique et déshumanisée.

C'était en 1962. Nous sommes en 2003. Presque deux générations se sont écoulées et la plupart des Algériens font toujours comme si le cordon ombilical n'avait pas été coupé entre l'ancienne métropole et ses départements nord-africains. Mieux, certains Algériens, les Kabyles pour les citer, voudraient que la France revienne en Algérie pour « empêcher le génocide des Berbères par les Arabes ». Ça c'est la meilleure !
Comme si cela nous regardait !
Il nous a fallu supporter, en plein Paris, ces militantes kabyles en costume traditionnel vociférant, injuriant, trépignant parce que « les Français veulent rien faire en Kabylie » !

Vous vous trompez d'adresse, dames berbères, pétitionnez à la Ligue arabe, à l'Organisation de l'Unité africaine, aux Nations- Unies!
La France a quitté votre galère où vous lui avez donné tant de mal, elle ne risque pas d'y revenir, pour se brûler les doigts à vos cent querelles intestines. D'autant moins qu'à peine y aurait-elle posé le pied, la malheureuse France, que vous lui reprocheriez son ingérence, vous vous retourneriez contre elle au nom de l'unité islamique « agressée », ainsi que ce fut toujours le cas chaque fois que les Français voulurent se mêler, pour les calmer, des sanglantes scènes de ménage berbéro-arabes.

J'entends constamment des Algériens formuler des requêtes, décocher des reproches à l'endroit de l'Etat et du peuple français. Je n'ai jamais entendu une seule voix algérienne adresser je ne dis pas des remerciements pour tout ce que la France n'a cessé de faire en faveur de l'Algérie et de ses ressortissants, mais pour reconnaître au moins que les Algériens bénéficient d'avantages dont, par exemple, aucun Français ne risque de profiter en Algérie...
Or, non seulement il n'y a pas l'ombre d'une reconnaissance de ce type mais au contraire on manifeste de la haine à notre égard, quand l'occasion se présente.
J'étais, le 6 octobre 2001, au Stade de France, devenu pour un triste soir « Stade d'Algérie », et j'y ai vécu les scènes d'hystérie collective violemment anti-française et anti-occidentale, parmi un public à 95 % algérien (sûr de lui et dominateur - mais pas d'élite...). Rien ne peut excuser cette énorme gifle appliquée au pays-hôte mais rien non plus ne peut plus excuser les Français qui ne veulent pas voir que plus on fait de bien aux Algériens, plus ils vous veulent du mal. Peut- être est-ce une façon paradoxale de cacher le fait capital qu'ils n'ont aucune légitimité à s'incruster chez nous ?
Psychanalytiquement, cette aversion anti-française peut s'expliquer peut-être par le fait que les Algériens, encensés naguère pour leur « victoire » sur la puissance coloniale française, se sont crus plus forts que les plus forts et ont pensé qu'ils allaient figurer comme l'un des premiers peuples de l'Univers.

Or, tout au contraire, et alors que la France restait en maints domaines au pinacle du succès et de la prospérité, l'Algérie, au lieu de devenir un modèle pour le Tiers Monde, se muait en son repoussoir : faillite agricole et industrielle, anarchie politique sanglante, etc. Songez seulement que la production de blé qui était le seul point fort algérien en 1850 et qui, avec les progrès de l'agriculture coloniale, atteignit le chiffre record de 24 millions de quintaux en 1954. n'est plus aujourd'hui, péniblement, que de 16 à 17 millions de quintaux par an...
Et le seul pays à encore tendre la main aux Algériens dans la dèche, ce fut la France. Dure humiliation pour la rive Sud de la Méditerranée où on croyait nous avoir enterrés !

En très peu d'années, la France était redevenue le paradis tandis que l'Algérie s'enfonçait un peu plus chaque jour dans les décombres de l'enfer qu'elle avait su si vite installer chez elle à coups de socialisme et d'islamisme... Y compris la discrimination religieuse puisque dès 1963 fût légalement instituée dans l'Algérie nouvelle une nationalité à deux étages : la supérieure, irrévocable, réservée aux mahométans de souche, l'inférieure, la révocable, attribuée aux non-musulmans...

Quant au comportement systématiquement anti-français des jeunes générations algériennes en France, on en a accusé l'Ecole française alors que les seuls vrais responsables de cette situation de guerre civile larvée dont on peut évaluer les dégâts au nombre de voitures brûlées chaque samedi soir, les seuls vrais responsables sont les parents de ces jeunes gens.

Oui, ces braves ouvriers ces silencieuses femmes de ménages n'ont pas élevé leurs enfants dans le respect du peuple d'accueil comme l'ont fait les Polonais, Arméniens. Portugais, Vietnamiens et autres Serbes, mais dans le mépris des « Gaulois ». Impurs, incirconcis, mange-cochon, fromages, yaourt, gaouri, kafir, roumi. j'en passe et de pires, tels sont les termes péjoratifs utilisés couramment dans ces familles pour parler des Français.

Eux, les Algériens sont des musulmans, « la meilleure des communautés » selon le Coran, et cela les autorise à se croire supérieurs au reste de la Terre, non musulman.
Avec ça, comment vouliez-vous que l'école, l'administration, le travail intègrent, en les francisant, des jeunes à qui l'idée seule d'être Français fait horreur ?
Je ne parle évidemment pas ici des exceptions, des cas particuliers qui existent mais ne changent: hélas ! rien à la donne générale.

Je ne pense pas que les Algériens d'ici ou d'outre-mer vont changer. La situation actuelle est trop bonne pour eux. Mais la France peut-être changera et ce ne sera pas sans conséquence pour ses commensaux et partenaires abusifs. En attendant, en ouvrant un journal francophone algérois « Le Monde Aujourd'hui », daté du 3 septembre 2001, j'y lis, sur six colonnes : « La dette de la France envers l'Algérie » et plus bas : » C'est avec l'argent de l'Algérie, que l'état français a réussi à arracher la société française à une situation économique et sociale moyenâgeuse » (sic).

Tant que de pareilles inepties auront cours outre-Méditerranée, tant qu'en France, des petits Algériens de douze ans graffiteront dans les cages d'escaliers : « On a nique (vaincu) les Français en Algérie, on va maintenant les niquer (vaincre) en France »; tant que dans les banlieues françaises, on continuera à apprendre aux petits musulmans que leurs camarades non mahométans sont « impurs » et «inférieurs» et que, d'ordre divin dans le Coran, il ne faut pas prendre pour amis juifs et chrétiens, sinon on devient comme eux,, les relations entre Français et Algériens resteront marquées au double sceau du tragique de l'impossible.

Jean-Pierre Péroncel-Hugoz
Texte publié en 2003


« Ouvertement islamophile mais résolument hostile à l'islamisation de la France... » Jean-Pierre Péroncel-Hugoz fut le dernier journaliste recruté - « à l'essai » - au Monde par Hubert Beuve-Méry, en 1969. Il a passé 8 ans en Algérie après l'indépendance, coopérant technique (1965-69), puis « correspondant particulier » du Monde (69-73).

Il fut ensuite interdit de séjour dans ce pays à cause de son livre «Assassinat d'un poète » relatant le « crime politique » que fut à ses yeux le meurtre du poète Pied-Noir Jean Sénac, chantre baroque du nationalisme algérien. Mais JPPH est surtout connu comme « islamologue », grâce à son prophétique « Radeau de Mahomet ». Il nous a aimablement autorisés à reproduire l'essentiel d'une algarade déjà publiée dans la revue « Panoramiques » où il coudoyait Jean Paul Angelelli de Rivarol aussi bien que l'ancien permanent trotskiste Benjamin Stora.

Quant à son inspiration, il nous a confié qu'il était « présent au fameux match de foot France-Algérie du 6 octobre 2001, qui décilla les yeux à nombre de Français à propos du comportement algérien en France même... »

Crédit :Pieds -Noirs d'Hier et d'Aujourd'hui - N°185 - Mai 2010

N.B.: Abondant dans le texte ci-dessus.
Dans la majortité de nos médias, il est rarement raporté des faits qui corroborent ce que nous avons lu ci dessus. Il se trouve que la France malheureusement frileuse, n'est capable sur son territoire d'être fiere de son passé colonial et surtout de le montrer.
Nos ambassadeurs Français, vont jusqu'à s'incliner devant des monuments commemorant la victoire algérienne sur la France, en faisant acte de repentance par leurs discours.

Quoiqu'il a eté recommandé de pas faire état du coté positif de notre passé outre mer, Toutes populations où la France a regné, n'ont fait que prosperer en nombre, ont profité de tout ce que notre pays y a investi, pour la sante, pour la justice, pour l'instruction sans resteindre leurss culture et leurs religions.

Il ne faut avoir aimé la France, pour ne pas reconnu ses bienfaits là bas autant en Maghreb qu'en Afrique sub saharienne, lors de l'élaboration de la loi du 02/2005.

Par Ailleurs, Il faut que les instances du football de France, se ressaississent, comment peuvent-elles, avoir accepter que sept joueurs de foot, français par le droit du sol qui avient profité de nos ecoles de formation de foot, jouant précedement dans differentes ligues nationales françaises , aient eu tout loisir de jouer dans l'équipe nationale Algérienne.
Pour notre part, du fait qu'ils aient jouer dans une équipe étrangère, devraient être déchus de leur nationalite Française, et à l'avenir ne plus pouvoir évoluer sur le terrotire français.